Si l”agriculture biologique, par opposition à l’agriculture conventionnelle chimique, se caractérise par l’absence d’utilisation de produits chimiques de synthèse (pesticides, engrais, ogm), elle vise, dans un contexte plus large, le respect du vivant et des cycles naturels.

Agriculture biologique et développement durable

Né au début du 20ème siècle, ce mouvement vers une agriculture plus respectueuse des cycles biologiques et de la biodiversité s’organise internationalement à partir de 1972 grâce à l’IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movements) et sa reconnaissance par des labels de qualité dont le label français AB permettent son développement ; l’agriculture biologique représente environ 31millions d’hectares dans le monde.

L’agriculture biologique rejette l’agriculture conventionnelle et productiviste et s’inscrit dans une démarche de développement durable.

Agriculture biologique © Zakharov Evgeniy - Fotolia.com
Agriculture biologique © Zakharov Evgeniy – Fotolia.com

Les principes de l’agriculture biologique

S’il existe plusieurs courants d’agriculture biologique (permaculture, agriculture sauvage, agriculture biodynamique, agriculture naturelle, etc…), les principes fondamentaux sont les suivants :

  • cultures associées (ou compagnonnage) : une bonne connaissance des propriétés des plantes permet de les associer ou au contraire de les éloigner les unes des autres pour de meilleures récoltes, pour éloigner les parasites, …. Il existe ainsi des plantes qui attirent les pucerons (ex capucine, soucis,..), d’autres les abeilles (plantes mellifères), la pomme de terre quant à elle éloigne le liseron et évite le désherbage, ne pas planter vos plants de pommes de terre après des tomates,….

  • remplacer l’engrais chimique par du purin d’ortie, de limaces, de consoudes, …

  • lutte biologique contre les parasites (interdiction de pesticides, graines anti-limaces et autres produits nocifs pour le sol et les semences) : utilisation d’insectes entomophages (coccinelle qui mange le puceron,…), bière brune, barrière anti-limaces (sciure, cendres), bandes de glues, l’ail renforce l’odeur des fraises et réduit la pourriture (association bénéfiques), etc…

  • compostage : y compris le compost des toilettes sèches ;

  • plantations avec la lune et les mouvements des planètes : agriculture biodynamique ;

  • utilisation massive du paillis pour lutter contre l’évaporation ;

  • rotation des cultures pour la fertilité du sol ;

  • absence de labours pour limiter l’érosion : aération du sol seulement, semis direct

  • ne pas laisser le sol nu, mettre du compost ou de l’engrais vert (colza, luzerne, trèfle, … coupés avant qu’ils ne montent en graine)

Conclusion sur l’agriculture biologique

La demande du consommateur en termes d’alimentation biologique ne cesse de croître et les parcelles consacrées à la production ne cessent d’augmenter, diminuant peu à peu le prix encore cher des aliments biologiques qui sont considérés, par une grande majorité de français, meilleurs à la santé.

agriculture bio, produits bio, légumes bio, jardin bio, produits naturels