Avec une fréquentation touristique supérieure à 80 millions de visiteurs étrangers par an, la France est la 1ère destination touristique mondiale. Le poids de cette activité économique soulève une problématique centrale : développement touristique et préservation de l’environnement peuvent-elles être deux notions compatibles, ou au contraire, sont-elles par définition contradictoires ?

Blog Ecolo apporte aujourd’hui quelques éléments de réponses en s’appuyant sur l’exemple de la station de ski Les Karellis en Savoie.

Les principales sources d’impacts sur l’environnement

Les activités touristiques induisent 2 types d’impacts sur l’environnement :

  • Les impacts liés au déplacement : départ en vacances (mode de transport utilisé pour un séjour au ski ou un court séjour à l’étranger)…
  • Les impacts liés au séjour hors du domicile : utilisation d’équipements de tourisme et de loisirs, construction d’hébergements touristiques…

Les Karellis : une station conçue dans le respect de l’environnement ?

Située au cœur de la vallée Maurienne, la station de ski familiale Les Karellis a été construite en 1975 dans le respect de l’environnement.
Afin de permettre à la nature de se régénérer dans le calme et la sécurité, les professionnels de la montagne ont pris l’initiative de protéger la zone d’hivernage du tétras-lyre, un animal emblématique de la faune alpine.

De même, les aménagements de la station sont issus du concept de développement harmonisé développé par les économistes J. Lebret et F. Perroux dans les années 1960-1970.
Ce nouveau modèle de développement s’oppose aux modèles dominants des stations d’altitude issues de l’économie libérale.

La station Les Karellis symbolise ainsi l’atteinte d’une harmonie entre tourisme et environnement apportée par l’aménagement, le respect des besoins des collectivités d’accueil, des partenaires, des agents du tourisme et des utilisateurs.